BANGALORE, BOUCLES DE CEINTURE ET BRITANNIQUES:

Article / Le 1 novembre 2017 / Numéro de projet : 17-10-19-32

Par : Sous-lieutenant Erika Palakovic, affaires publiques du 32 Groupe-brigade du Canada

Remarque : pour visionner les photos additionnelles, veuillez cliquer sur la photo dans la galerie d'images.

Meaford, Ontario — Environ 200 soldats du 32e Groupe-brigade du Canada (32 GBC), ainsi que des soldats britanniques en visite, ont participé à l’exercice STEADFAST WARRIOR 2017, qui s’est déroulé du 25 au 31 août au Centre d’instruction de la 4e Division du Canada, à Meaford.

Dirigé par le 48th Highlanders of Canada, l’exercice s’est intensifié progressivement pour se terminer par une attaque à l’échelon de la compagnie menée avec des charges Bangalore et d’autres munitions réelles.

La charge Bangalore, inventée à Bangalore (Inde) avant la Première Guerre mondiale par l’armée britannique, est un dispositif allongé formé d’un ou plusieurs tuyaux contenant des charges explosives. Les sapeurs de combat les utilisent pour franchir des obstacles, ouvrir une brèche dans des obstacles barbelés ou faire éclater les munitions explosives non explosées à une distance sécuritaire ou à partir d’un endroit à couvert.

« D'après mes souvenirs, nous n’avions jamais eu de formation aussi imposante que pendant cet exercice », a déclaré avec enthousiasme le capitaine Nick Butler, commandant de la compagnie. « La cadence était parfaite et l’instruction de première qualité. » En plus d’être très satisfait de l’exécution, le capitaine Butler, qui appartient au 48th Highlanders, a remarqué que « les interventions des soldats étaient extrêmement productives ».

Le caporal Henry Kovalchuk, du The Lincoln and Welland Regiment, a combattu au sein de la force d’opposition et abonde dans le même sens. « Quand on se met dans la peau de l’ennemi, on apprend beaucoup sur la contre-attaque de nos propres tactiques », a-t-il ajouté, après avoir défendu une voie d’accès contre des soldats qui sont habituellement ses camarades. « Ainsi, on a pu observer nos propres erreurs pour ensuite les corriger. »

Les sapeurs du 32e Régiment du génie de combat n’ont pas eu ce loisir, car ils ont utilisé des charges Bangalore pour faire exploser un obstacle en barbelés à lames, afin de préparer la voie à l’assaut mené par l’infanterie. De plus, on a employé des explosifs C4 pour simuler un barrage d’artillerie au fur et à mesure que l’attaque progressait. « L’effet est beaucoup plus puissant qu’une simulation d’artillerie habituelle », a expliqué le caporal Brent Dewell, et bien plus dangereux, aurait-il pu ajouter. Bien que les charges aient été installées à l’intérieur d’une zone bouclée étant donné la proximité des soldats sur le terrain, « il faudra bien plus d’entraînement sur la manipulation des charges C4 ».

Le secteur d’entraînement de Meaford a été le théâtre d’une autre scène inhabituelle durant l’exercice STEADFAST WARRIOR : 15 soldats britanniques ont intégré les troupes du 32e GBC pour se battre à leurs côtés contre la force d’opposition. On doit leur visite à l’affiliation plus que centenaire entre les compagnies du London Regiment et du Toronto Scottish Regiment.

« Nos troupes ont profité de cette merveilleuse occasion pour s’entraîner avec notre partenaire de l’OTAN », a commenté le lieutenant-colonel Harold Pedwell, commandant du 48th Highlanders et commandant en chef de l’exercice. Bien qu’il y ait des différences en matière d’entraînement et de doctrine entre les deux forces armées, les armées de l’OTAN sont dotées de normes communes et « l’intégration des forces britanniques s’est très bien passée ».

Les Canadiens et les Britanniques ont beau combattre côte-à-côte depuis longtemps, l’exercice a démontré qu’ils leur arrivent parfois de manier différemment leur langue commune. Ainsi, lancé avec un fort accent, l’ordre « Get on your belt buckles! » (pouvant être interprété comme « Mettez vos boucles de ceinture! ») a pris au dépourvu les militaires canadiens : il signifiait en fait qu’il fallait se coucher sur le ventre au sol et non pas « hé les gars, vous perdez vos pantalons ».

Le 32 GBC est une formation de la Réserve de l’Armée qui fait partie de la 4e Division du Canada. Son quartier général se trouve à Toronto, en Ontario.

Pour commenter cet article, rendez-vous dans la section Articles de la page Facebook de l’Armée canadienne

Date de modification :