Des Canadiens à l’avant-garde de la campagne d’Italie

Article / Le 11 juillet 2017 / Numéro de projet : 16-1049

Par Steven Fouchard, Affaires publiques de l’Armée

Remarque : pour visionner les photos additionnelles, veuillez cliquer sur la photo dans la galerie d'images.

L’histoire militaire du Canada regorge de courage et de sacrifices. Depuis la Confédération, deux millions de marins, soldats, aviateurs et aviatrices canadiens provenant de divers milieux ont servi le Canada avec distinction outre-mer. Plus de 100 000 d’entre eux ont fait le sacrifice ultime. Pour aider à commémorer ce patrimoine et marquer le 150e anniversaire du Canada en tant que pays, nous présentons une série d’articles pour saluer la bravoure de nos prédécesseurs militaires qui ont combattu pour protéger les valeurs canadiennes au pays et à l’étranger. Dans le présent article, nous revenons sur la campagne d’Italie.  

Ottawa (Ontario) — La bataille pour libérer l’Italie a été la plus longue des nombreuses campagnes du Canada durant la Deuxième Guerre mondiale, et bien que nos soldats aient joué un rôle inestimable dans son éventuelle réussite, ils ont été déployés ailleurs avant sa conclusion.

L’invasion de la Sicile a commencé le 10 juillet 1943. C’était un début d’une facilité trompeuse à ce qui allait s’avérer être un combat de 20 mois. Les soldats italiens se rendaient par milliers les premiers jours, mais entre-temps, leurs alliés allemands établissaient des lignes défensives, et ils ne seraient chassés de l’île qu’à la mi‑août.

Les Canadiens étaient à l’avant-garde de l’invasion de l’Italie continentale. Bien que les forces italiennes aient continué de se rendre face à l’avance des Alliés, suivies par le gouvernement italien lui-même au début de septembre, les Allemands ont offert une résistance farouche, combattant pendant leur retrait et créant une série de positions défensives. Durant une période de combat de deux semaines en octobre, les Canadiens n’ont gagné que de 40 kilomètres.

En décembre cette année-là, sous la pluie abondante, les soldats de la Princess Patricia’s Canadian Light Infantry et du Royal 22e Régiment de Québec ont fait d’importants progrès, ils ont aidé à repousser les Allemands jusqu’à la ville d’Ortona. Elle s’est retrouvée aux mains des Alliés le 28 décembre, mais elle avait coûté plus de 2 600 vies canadiennes.

Au début de 1944, on a vu de nombreuses petites victoires des Alliés, même si les lignes défensives allemandes demeuraient solides dans l’ensemble. Lors d’un assaut massif lancé le 23 mai, ils ont percé une brèche dans la « ligne Hitler » des Allemands. Le combat qui s’est ensuivi a fait le plus grand nombre de victimes en un seul jour de campagne, avec plus de 400 soldats alliés morts, blessés ou faits prisonniers.

Cela a ouvert la voie vers la libération de Rome le 4 juin, après 3 semaines de combat. Les Alliés ont continué vers le nord en août, et ils sont arrivés à la « ligne gothique » des Allemands, laquelle a tenu jusqu’à la fin de septembre. Il allait falloir encore un autre mois pour que les Alliés avancent de 20 kilomètres au-delà de leur point de départ et qu’ils capturent la ville de Cesena. C’est là que le soldat Ernest Alvia « Smokey » Smith, des Seaforth Highlanders of Canada, s’est mérité la Croix de Victoria pour son rôle afin de stopper une contre-attaque des chars Allemands.

Les soldats Canadiens ont pris part à la libération de Ravenne en décembre, avant d’être redéployés aux Pays‑Bas. Plus de 5 000 Canadiens ont perdu la vie durant la campagne d’Italie et près de 19 000 ont été blessés.

Pour commenter cet article, rendez-vous dans la section Articles de la page Facebook de l’Armée canadienne

 

Date de modification :