Des vétérans autochtones font revenir leurs ancêtres à Vimy

Article / Le 27 octobre 2017 / Numéro de projet : 17-0166

Par Steven Fouchard, Affaires publiques de l’Armée

Remarque : pour visionner les photos additionnelles, veuillez cliquer sur la photo dans la galerie d'images.

Christian Island (Ontario) — Le froid régnait lorsque la bataille de la Crête de Vimy a commencé, le 9 avril 1917. Les 20 000 Canadiens qui ont avancé à 5 h 30 du matin pour prendre la position des forces allemandes en affrontant le grésil et la neige.

Revenons en 2017. Le sergent (retraité) Roland Monague, un ancien combattant de l’Armée canadienne (AC) qui est issu de la Première Nation de Christian Island dans la baie Georgienne en Ontario, comptait parmi un groupe d’environ une douzaine d’anciens combattants autochtones qui ont assisté à la cérémonie qui a eu lieu sur place pour souligner le 100e anniversaire de la bataille. On leur a demandé d’exécuter la Cérémonie de l’aube le jour précédant la commémoration.

Le sgt (ret.) Monague se souvient que c’était aussi une journée froide, mais joyeuse.

« Nous avons fait revenir nos ancêtres; ceux qui avaient participé à Vimy pendant la guerre », précise-t-il. « Nous avons tenu la cérémonie pour faire en sorte qu’ils soient avec nous, qu’ils en soient les témoins. C’était une belle cérémonie. Le Mémorial de Vimy est magnifique lorsque le soleil se lève. Cela met vraiment en perspective ce que la cérémonie représentait et c’était tellement significatif. On pouvait ressentir les ancêtres là lorsque le vent s’est levé. »

La bataille de Vimy a été une réussite en grande partie en raison des bombardements de l’artillerie qui ont ouvert la voie à l’infanterie. Voilà pourquoi la commémoration proprement dite avait une signification personnelle supplémentaire pour le sgt (ret.) Monague qui a servi au sein des 1er et 2e Régiments de la Royal Canadian Horse Artillery.

« Cela avait une telle signification, de voir les lieux, ce que les gens avaient à endurer », dit-il. « Et de voir le terrain sur lequel ils ont combattu. Il n’y avait aucun endroit où se cacher. C’était un terrain complètement à découvert en bas. Voilà pourquoi il a fallu tellement de temps pour prendre Vimy, mais l’artillerie a joué un grand rôle. Quand on se tient sur la crête, on ressent tout. C’est ce que j’ai senti – j’étais très fier des réalisations de nos soldats. »

En se rendant à la cérémonie de commémoration, le groupe a fait une pause pour honorer un combattant de Vimy en particulier.

« L’un de nos aînés anciens combattants avait perdu son grand-père à Vimy, et il a trouvé l’emplacement de sa tombe », précise le sgt (ret.) Monague. « Nous avons demandé au chauffeur si nous pouvions faire une détour et nous avons tenu une cérémonie. Cela nous a donné un sentiment de satisfaction, parce que personne n’était encore venu là en visite. Et le fait d’intégrer des médecines à cette cérémonie était tellement inspirant. C’était très exaltant. »

Pour commenter cet article, rendez-vous dans la section Articles de la page Facebook de l’Armée canadienne

Date de modification :