Journée typique d’une mère : deux très jeunes enfants et quatre escadrons des transmissions dans trois provinces

Article / Le 12 mai 2017 / Numéro de projet : 17-1010

Par Devon Atherton, Affaires publiques de l’Armée

Remarque : pour visionner les photos additionnelles, veuillez cliquer sur la photo dans la galerie d'images.

La fête des Mères rend hommage aux mères et aux figures maternelles ainsi qu’à leur influence sur la famille et la société. Depuis les années 1800, elle est célébrée chaque année dans plus de quarante pays, à des jours différents selon le pays.

Winnipeg (Manitoba) — Pour le lieutenant-colonel Jackie Janzen, mère hors du commun et commandant du 38e Régiment des transmissions, être membre de la Force de réserve de l’Armée canadienne (AC) lui a permis d’établir l’équilibre entre ses priorités familiales et les loyaux services qu’elle rend à son pays.

« Mon emploi à temps plein est d’être mère au foyer », explique le Lcol Janzen. « Madeline est âgée de 2 ans et Elizabeth a 1 an. Elles sont assurément exubérantes à cet âge. J’ai toujours hâte à l’heure de la sieste! Je leur dis “Maman vous aime, mais elle a besoin de repos”. »

Le soir, les fins de semaine et durant les siestes de ses enfants, elle commande le 38e Régiment des transmissions, dont les escadrons sont répartis dans trois provinces. Le régiment, qui fait partie du 38e Groupe-brigade du Canada, a pour rôle important de fournir les services de communication aux unités de Réserve en Saskatchewan (Manitoba) et dans le nord-ouest de l’Ontario, ainsi qu’aux opérations internationales au besoin.

Le Lcol Janzen a pris le commandement du 38e Régiment des transmissions le 14 janvier 2017. Parce que le régiment a été formé par l’intégration des escadrons des transmissions de Saskatoon, de Regina, de Winnipeg et de Thunder Bay en 2012, elle est devenue seulement le deuxième commandant du régiment après six mois comme commandant adjoint.

« Si j’étais restée réserviste à temps plein, je n’aurais pu devenir commandant du régiment, car il s’agit d’un poste à temps partiel », explique le Lcol Janzen. Pour la même raison, elle n’aurait pu être promue au grade de lieutenant-colonel si elle était restée réserviste à temps plein.

Cet arrangement fonctionne très bien pour le Lcol Janzen, car avoir deux petites filles occupe une grande partie de son temps. Toutefois, après 20 ans dans la Réserve de l’AC et avoir participé à des missions en Bosnie et en Afghanistan, le Lcol Janzen a trouvé que la transition au rôle de mère est moins exigeante que prévu.

« Ce n’est pas aussi difficile que ce à quoi je m’attendais. Être militaire m’a toutefois appris à survivre malgré les heures de sommeil réduites! Je le dis en riant, mais un grand nombre d’entraînements militaires mesurent la qualité de votre travail lorsque vous êtes soumis à un stress. Vous dormez très peu et, comme parent, je suis habituée à cela maintenant. Alors nourrir un enfant à 3 h du matin, ce n’est rien! C’est quelque chose que je peux faire! »

« À titre de commandant, vous êtes responsable de tous les aspects d’un régiment. C’est une situation unique, parce qu’aucun autre titulaire de poste dans le régiment ne possède autant de responsabilités », mentionne le Lcol Janzen.

Dans son rôle de commandant, le Lcol Janzen assure la coordination administrative du 38e Régiment des transmissions. Parmi ses nombreuses autres fonctions, elle supervise l’orientation stratégique de l’unité, l’instruction, les considérations relatives au personnel et le fonctionnement général de l’unité.

« C’est un véritable défi de diriger une unité qui est si dispersée sur le territoire. C’est également beaucoup de travail. Je passe beaucoup de temps sur la route, en particulier les fins de semaine. Cependant, avoir une famille est également une grande responsabilité. Et pour mon mari et moi, la famille est une priorité importante », affirme-t-elle.

« Nous avons fondé une famille tardivement et nous étions tous deux prêts à changer de rythme. Pour moi, la vie militaire sera toujours une priorité, mais je voulais également mettre l’accent sur mes enfants. Ce qui est fantastique dans le fait d’être un réserviste, c’est que je n’ai jamais eu à faire le choix entre les deux modes de vie. »

« Je pense que l’avantage que j’ai maintenant, parce que j’ai commencé ma famille tardivement, c’est qu’une grande partie de mon entraînement et de mes cours les plus importants sont derrière moi. Mon horaire de réserviste me donne beaucoup plus de liberté dans mon rôle de mère et me permet de remplir mes fonctions et d’assumer mes responsabilités dans la Réserve. »

Le Lcol Janzen travaille entre seize et vingt-quatre heures par semaine pour son unité. Toutefois, à l’exception des jeudis soirs de défilé et ses engagements de fin de semaine, elle a la possibilité d’établir son propre horaire et de travailler de la maison. Elle a une grande confiance dans chacune de ses équipes de direction locales pour gérer les activités quotidiennes.

Le Lcol Janzen tient toutefois à faire une mise en garde : prendre l’engagement de devenir réserviste ne devrait pas être fait à la légère. Bien qu’au début cet engagement ne soit pas très grand en termes de temps qu’on y consacre, il est important pour le Lcol Janzen que chaque personne qui réfléchit à entreprendre une carrière à temps partiel dans la Réserve de l’AC sache que cette responsabilité croît toujours au fil du temps, avec l’expérience acquise et en fonction du grade. Plus une personne grimpe dans la hiérarchie, plus elle doit consacrer de temps à ses tâches et plus sa charge de travail augmente.

« Je ne mentirai pas, ça n’a pas été facile pour moi », avoue le Lcol Janzen. « En particulier en acceptant ce poste de grandes responsabilités cette année, notamment parce que j’ai deux jeunes enfants à la maison. Ce fut éprouvant. J’ai été dans l’obligation de voyager quelques fins de semaine par mois parce que mon régiment est si dispersé. Je dois également souvent me rendre à Edmonton ou Kingston pour assister à des conférences. Réussir à rester à jour dans son entraînement est très important. »

Tout cela signifie que le Lcol Janzen et son mari ont dû apprendre à faire preuve de flexibilité. Son mari, Stratton Janzen, est d’un grand soutien à l’égard de l’engagement de sa femme envers l’AC. Gestionnaire adjoint de division pour une entreprise de construction commerciale, il prend la relève les fins de semaine lorsqu’elle voyage; il adore le temps qu’il passe ainsi avec ses filles. « Stratton me soutient de manière tout simplement fantastique. Il s’occupe de tout lorsque c’est son tour, et je sais qu’il est très fier de ce qu’il accomplit. C’est tellement agréable de l’avoir dans mon coin ainsi », souligne-t-elle.

Et il n’y a pas que sa famille qui a exprimé son soutien envers ses priorités familiales. En ayant la fête des Mères à l’esprit, le Lcol Janzen tient tout particulièrement à parler aux femmes de partout qui se consacrent à leur rôle de mère et à leur carrière.

« De mon point de vue, être mère est l’un des aspects les plus enrichissants de ce que peut faire une femme. J’applaudis toutes les femmes qui sont mères. L’atmosphère familiale au sein de la Réserve peut également offrir du soutien à un parent. La Réserve offre une grande flexibilité et un grand nombre de possibilités de promotion. Le régiment est une famille unie parce que cela est nécessaire dans ce genre de travail. Nous veillons les uns sur les autres en tout temps. »

Pour le Lcol Janzen, cet environnement de travail est ce qui fait en sorte qu’être un réserviste en vaut la peine. Elle ajoute que même si être un réserviste est un travail très sérieux et important, « cela ne signifie pas que les gens ne peuvent pas être amicaux, chaleureux et encourageants ».

« Ce que les gens ne réalisent pas, c’est que l’Armée n’est pas une grosse organisation sans visage comme ils le pensent. Nous sommes tous des personnes – des mères, des pères, des frères, des sœurs – et nous servons et protégeons les Canadiens. Si vous êtes mère et que vous songez à vous enrôler dans la Réserve, je vous soutiens entièrement. »

Pour commenter cet article, rendez-vous dans la section Articles de la page Facebook de l’Armée canadienne

Date de modification :