Le Lord Strathcona’s Horse (Royal Canadians) retourne sur les lieux de la bataille du bois de Moreuil à l’occasion du centenaire de cette bataille

Article / Le 28 mars 2018 / Numéro de projet : 18-0113

Par Steven Fouchard, Affaires publiques de l’Armée

Remarque : pour visionner les photos additionnelles, veuillez cliquer sur la photo dans la galerie d'images.

Moreuil, France — Des membres actuels du Lord Strathcona’s Horse (Royal Canadians) se rendent en France pour souligner le centenaire d’une bataille de la Première Guerre mondiale pour laquelle l’un des leurs s’est vu décerner la Croix de Victoria (CV) à titre posthume.

La cérémonie commencera le 30 mars 2018 avec un défilé et une reconstitution de la bataille, menés par le Strathcona (autre nom du régiment).

De plus, la Ville de Moreuil accordera le Droit de cité à l’unité le 31 mars. Le Droit de cité est une tradition remontant à la guerre des Deux-Roses, un conflit qui a opposé de puissantes familles britanniques pour l’ascension au trône au 13e siècle. À l’époque, les autorités municipales devaient rencontrer les commandants d’unités qui souhaitaient entrer dans la ville, pour déterminer si leurs intentions étaient amicales. Le cas échéant, les unités étaient invitées à marcher dans les rues de la ville.

Le 30 mars 1918, le régiment a été l’exemple parfait de sa propre devise, « Persévérance » au bois de Moreuil, lorsqu’il a affronté l’offensive allemande avec la Brigade de cavalerie canadienne (BCC), dont il faisait partie aux côtés d'autres unités.

Au moment où les unités britanniques se retiraient, la BCC s’est retrouvée face à l’ennemi près de la ville française de Moreuil. Alors que le reste de la BCC était engagé contre les Allemands dans le bois, un petit escadron dirigé par le lieutenant Gordon Muriel Flowerdew, du Strathcona, s’est dirigé vers le coin nord-ouest du champ de bataille pour bloquer les renforts ennemis.

L’escadron de 100 hommes a découvert la présence d’une force allemande de 300 hommes équipés de mitrailleuses. Malgré cette puissance de feu écrasante, le Lt Flowerdew a lancé l’assaut de son escadron, en criant « On attaque, les gars, on attaque! »

Il a ainsi mené deux assauts qui ont poussé les Allemands à la retraite. L’escadron a perdu 70 % de ses hommes, et le Lt Flowerdew a subi des blessures auxquelles il allait succomber le lendemain. « Il ne fait aucun doute que le grand courage de cet officier fut le facteur déterminant dans la prise de cette position », peut-on lire dans la mention élogieuse accompagnant sa CV.

Cette bataille est également importante du point de vue historique, puisqu’il s’agit de l’une des dernières attaques à cheval qui aient été documentées, ce style militaire tactique étant devenu de plus en plus désuet au début du 20e siècle.

Pour commenter cet article, rendez-vous dans la section Articles de la page Facebook de l’Armée canadienne

Date de modification :