Semaine de sensibilisation aux cultures autochtones : une occasion de « s’ouvrir et d’apprendre »

Article / Le 15 mai 2020 / Numéro de projet : 20-0063

Remarque : pour visionner les photos additionnelles, veuillez cliquer sur la photo dans la galerie d'images.

Écrit par Steven Fouchard, affaires publiques de l'Armée

Ottawa, en Ontario — Les Forces armées canadiennes (FAC) souligne une fois de plus la Semaine de sensibilisation aux cultures autochtones (SSCA) et l’édition 2020 présente un jalon : le 25e anniversaire du Groupe consultatif des Autochtones de la Défense (GCAD).

Le GCAD est un organisme national, et fait partie d'un réseau plus large de groupes consultatifs aux niveaux local et régional, offrant des conseils aux dirigeants des FAC sur les questions relatives aux membres autochtones, civils et militaires. Chaque groupe a des coprésidents militaires et civils qui donnent de leur temps à titre bénévole avec des membres à titre individuel.

Le commandant de l'Armée canadienne, le lieutenant général Wayne Eyre, détient également le titre de champion de l'Équipe de la Défense pour les peuples autochtones.

Bien que les événements qui marqueront la SSCA de cette année (qui aura lieu du 15 au 22 mai) seront de petite envergure et virtuels en raison de la pandémie de COVID-19, les coprésidents nationaux du GCAD exhortent tous leurs collègues, et tous les Canadiens, à prendre le temps d'accroître leurs connaissances sur les Autochtones.

La coprésidente civile, Lisa deWit, de la Première nation des Wet'suwet'en en Colombie-Britannique, s’est jointe à la GCAD nationale en 2018. Elle a notamment été membre du GCAD local à la base des Forces canadiennes d'Esquimalt, en Colombie-Britannique, et s'occupe des questions autochtones des FAC depuis près de dix ans.

« Au cours des neuf dernières années, j'ai constaté une volonté croissante de comprendre nos cultures, nos modes de connaissance et la manière dont les Autochtones détiennent des droits et des titres protégés par la constitution », déclare-t-elle. « L'amélioration de l'engagement a maintenant fait naître un nouveau défi en matière de capacités. Le GCAD continuera-t-il à fonctionner comme un réseau de bénévoles? Les postes seront-ils intégrés à l'organisation? Quel grand défi à relever, car nous sommes dans une nouvelle phase de croissance, et nous allons voir comment l'institution va réagir ».

Le coprésident militaire, l’adjudant-chef Simon Linklater, est Anichinaabe (Ojibwe), de la Première nation de Couchiching, du Nord-Ouest de l’Ontario. Il a suivi un chemin similaire, assumant ce rôle en 2017 après avoir acquis de l'expérience aux niveaux local et régional.

« C'était une expérience merveilleuse de travailler avec différentes personnes, d'être exposé à différentes situations et de voir le changement arriver », se souvient-il. « Nous avons eu beaucoup d'interactions différentes avec des personnes de la chaîne de commandement sur différents sujets. C'est fantastique de voir que nous avons maintenant un conseiller autochtone auprès de l'aumônier général. De plus en plus de personnes cherchent des réponses, des informations et des consultations. »

Mme deWit a déclaré que le 25e anniversaire est un bon rappel du travail considérable de ses prédécesseurs pour faire avancer les FAC sur les questions autochtones et un reflet de la résilience qui a défini l'expérience autochtone tout au long de l'histoire. Le thème de la SSCA de cette année est « L'esprit durable des peuples autochtones - 25 ans du GCAD. »

« Je suis fière de faire partie de ce réseau résilient d’Autochtones étonnants au sein du ministère de la Défense nationale et des FAC », dit-elle. « Sa croissance actuelle a été faite pouce par pouce, par ceux qui ont commencé la conversation avant nous. Ils se sont levés pour que les gens sachent que nous existons au sein de cette institution. Ils ont fait face à la discrimination et au racisme, et se sont sentis aliénés dans un environnement qui ne respectait pas encore les modes de vie autochtones. Je veux leur témoigner toute ma gratitude, alors qu'ils nous ont transmis la tâche et nous continuons, à travers ces défis, à rendre nos ancêtres fiers. »

L’Adj Linklater ajoute que l’anniversaire du GCAD est une bonne occasion de prendre en considération la résilience des peuples autochtones, mais aussi la façon dont eux et les Canadiens d'origine européenne perçoivent notre histoire commune.

« Depuis le contact, l'Amérique du Nord, l'île de la Tortue, a changé. Elle a changé à différents moments et à différentes vitesses pour différentes personnes. On dit qu'au Canada, les femmes ont gagné le droit de vote en 1917, mais les autochtones n'ont pas été autorisés à voter au niveau fédéral avant 1960, donc la vraie réponse à cette question est 1960. »

« Si vous regardez la date de fermeture du dernier pensionnat, ajoute-t-il, c'était en 1996. Les gens semblent avoir une idée de ce que sont les Premières nations, de ce qu'est un autochtone, et souvent c'est lié aux gens d'il y a longtemps, et à une époque différente. Mais ce sont des questions d'actualité, et nous sommes des peuples vivants qui respirent à Turtle Island, et dans l’ensemble des FAC. Et dans tout cela, nous croyons que les Autochtones ont fait preuve d'un esprit durable pour survivre, vivre, essayer d'entretenir les relations, essayer de suivre le bon chemin et de vivre la bonne vie. »

L'Adj Linklater convient que, bien que de nombreux membres de l'Équipe de la Défense montrent un désir sincère d'écouter et d'apprendre, les défis et les attitudes négatives persistent. Néanmoins, ajoute-t-il, l'éducation est une voie à suivre, et il a exhorté ceux qui ont des questions pendant la SSCA à commencer par faire une partie du travail par eux-mêmes.

« Une fois, quand je suis arrivé au gym, quelqu'un m'a demandé s'il pouvait me poser une question. Et j'ai dit : "Lisez ceci, regardez cela, écoutez cette personne". Je leur ai donné des ressources et la prochaine fois que je suis entré, ils ont commencé à poser des questions de suivi, et c'était assez rafraîchissant. Je pense que le but de ce genre de choses est d'encourager les gens à s'ouvrir et à apprendre. »

Date de modification :