Un aîné autochtone de Gagetown fait la différence

Article / Le 20 juillet 2020 / Numéro de projet : 20-0097

Remarque : pour visionner les photos additionnelles, veuillez cliquer sur la photo dans la galerie d'images.

Par Stéphanie Duchesne, affaires publiques de l'Armée de la Base de soutien de la 5e Division du Canada

Oromocto (Nouveau-Brunswick) — Un aîné autochtone n'est pas nécessairement une personne âgée. La base de soutien de la 5e division canadienne (BS 5 Div CA) à Gagetown a la chance d'avoir un aîné en résidence qui n'a que la quarantaine. Il s'appelle Charles Sewell.

La BS 5 Div CA, située à Oromocto (Nouveau-Brunswick) est une véritable communauté, et l’Aîné Sewell est une force positive en son sein. Pour cette raison, il a récemment reçu le prix Incidence sur le personnel du sergent-major et du chef d'état-major de la Défense. Ce prix reconnait les personnes qui se distinguent dans les domaines de la gestion de personnel, de la diversité et de l’inclusion, et de la santé et du bien-être total.

Chaque année, pendant la Semaine nationale de la fonction publique, le ministère de la Défense nationale organise les prix « Célébrer l'excellence ». Ces prix sont la plus haute expression de reconnaissance au sein du ministère pour souligner les réalisations des membres de l'Équipe de la Défense.

Cette année, M. Sewell était l’un des 11 lauréats du prix. Compte tenu de la pandémie actuelle de COVID-19, la remise des prix s’est faite de façon virtuelle, du 15 au 19 juin.

Le parcours de M. Sewell, pour devenir un aîné dans la communauté de la Première Nation d’Oromocto, puis pour partager ses enseignements et son expérience avec le personnel de la base, est unique.

Originaire de Red Bank (Metepenagiag) à Miramichi, au Nouveau-Brunswick, M. Sewell réside à Oromocto depuis près de 30 ans et en est devenu plus récemment un membre officiel. Il décrit ses racines familiales en disant que le totem de son père est un castor et celui de sa mère un saumon, et affirme que son voyage spirituel a commencé il y a environ 15 ans.

« C'est alors que j'ai commencé à marcher sur le chemin rouge de la spiritualité, » explique-t-il.

Le terme « aîné » réfère à quelqu’un qui a atteint un haut niveau de compréhension de l’histoire, des enseignements traditionnels, des cérémonies et des pratiques de guérison des Premières Nations, des Métis ou des Inuits. Le parcours de M. Sewell pour devenir un aîné s’est culminé avec quatre jours de cérémonies de la suerie, suivis par un festin avant de passer quatre jours de jeûne dans la nature. C’était pour obtenir son nom spirituel « Celui qui aide tout le monde ». C'est un grand nom qui porte un certain devoir, et M. Sewell prend cette responsabilité très au sérieux.

« Ces premières années de chemin rouge ont consisté à travailler sur moi-même, à m'ancrer. C'était apprendre à connaître les différentes plantes médicinales, nos traditions, nos cérémonies. C'est sept années de ce que j'appelle l'Université « En pleine nature ». C'est comme l'enseignement traditionnel, mais pas dans un bâtiment - il se déroule dans la nature. »

Aujourd'hui, après presque dix ans de service en tant qu'aîné, M. Sewell déclare que son rôle et son but sont de « rendre le beau cadeau qui m'a été donné. »

Il attribue ces succès à son professeur, l'Aîné Harry Laporte. L'Aîné Laporte, qui a rejoint le monde des esprits l'automne dernier, était originaire de la Première nation de St. Mary's, une communauté dynamique au cœur de Fredericton.

Les peuples de la Première Nation St. Mary’s et de la Première Nation d’Oromocto sont Wolastoqiyik, ce qui signifie « peuple de la belle et généreuse rivière. » Toutes leurs communautés skicinuwi (autochtones) sont situées le long de la belle rivière Wolastoq, qui a d'abord été rebaptisée par Samuel Champlain comme le Fleuve Saint-Jean, puis par les autorités coloniales anglaises comme le « Saint John River ».

M. Sewell travaille à la BS 5 Div CA comme opérateur d'équipement lourd en hiver, et dans les services de restauration en été. Il a été invité un jour à assister à la Journée annuelle de sensibilisation aux cultures autochtones de la base (rebaptisée depuis « Semaine de sensibilisation aux cultures autochtones »).

C'est ainsi que M. Sewell s'est finalement impliqué dans le Groupe consultatif des Autochtones de la Défense (GCAD) de la base et a commencé à jouer un rôle consultatif auprès des équipes de direction de la base sur les questions autochtones.

C'est pendant le mandat du colonel Keith Osmond en tant que commandant de la base, de 2017 à 2020, que la conscience autochtone a vraiment pris forme ici, en commençant par la recommandation de l'Aîné Sewell selon laquelle une bonne première étape était de commencer un sac sacré de rites purificatoires (herbes sacrées brûlées lors de cérémonies spirituelles) pour le GCAD.

Cela a finalement conduit au don d'un bâton à exploits au Col Osmond lors d'un pow-wow. L'aigle est le totem de tous les peuples, et le bâton à exploits (Eagle Staff en anglais) est un cadeau important qui restera à la base de Gagetown pour les années à venir. Après le départ du Col Osmond, le 2 juillet, une plume a été ajoutée au bâton à exploits.

 « Je suis extrêmement heureux et très fier de voir l'un des nôtres reconnu au niveau national par notre sous-ministre et chef d'état-major de la défense, pour sa contribution exceptionnelle à la base de Gagetown », a déclaré le Col Osmond.

« Je connais l'Aîné Chuck personnellement depuis mon arrivée, et il continue d'être un mentor et un guide dans mon parcours personnel de la culture, des traditions et des croyances de nos Premières nations. C'est un homme incroyablement bien informé et attentionné, qui se consacre à la sensibilisation aux questions autochtones et aide les membres de sa communauté. »

En effet, les efforts, la passion et les connaissances de M. Sewell en tant qu'Aîné et conseiller de la chaîne de commandement ont permis de renforcer les relations de la BS 5 Div CA avec les communautés autochtones locales. Grâce à son travail avec une équipe d'employés civils et de militaires autochtones dévoués, la base accueille désormais régulièrement des cercles de partage, des ateliers de fabrication de tambours et de hochets autochtones, et des réunions d'information sur les ressources et les discussions autochtones.

La BS 5 Div CA possède également sa propre suerie et une salle de conférence Wolastoq dans son musée d'histoire militaire du Nouveau-Brunswick. M. Sewell a directement contribué à un environnement de travail positif et a enrichi la vie des membres de l'équipe de la Défense au sein de la 5e division canadienne, la présence de l'Armée canadienne dans le Canada atlantique.

Pour commenter cet article, rendez-vous dans la section Articles de la page Facebook de l’Armée canadienne

Date de modification :