Un sergent-major régimentaire profite d’une rare fête des Mères « à la maison » avec 40 000 étrangers

Article / Le 14 mai 2018 / Numéro de projet : 18-0177

Par le sous-lieutenant Andrew J. McLaughlin, Affaires publiques du 31e Groupe-brigade du Canada

Remarque : pour visionner les photos additionnelles, veuillez cliquer sur la photo dans la galerie d'images.

Hamilton (Ontario) — Son engagement inébranlable envers la Réserve de l’Armée a souvent compliqué la tenue des activités familiales, mais cette année l’adjudant-chef Tracy-Ann Fisher a pu célébrer la fête des Mères avec sa famille pour une rare fois.

« Au cours des dernières années, je participais à des exercices au moment de la fête des Mères », regrette-t-elle.

Après une longue série de nominations et de promotions, elle est devenue l’une des premières femmes à occuper le poste de sergent-major régimentaire de l’Armée canadienne. Promue à son grade actuel d’adjudant-chef en 2016, elle occupe les fonctions de sergent-major régimentaire (SMR) du 31e Régiment des transmissions, qui dispose de deux escadrons : un à Hamilton et l’autre à London.

Cette année, l’Adjuc Fisher a pu profiter d’une rare occasion de célébrer la fête des Mères avec sa famille… et plus de 40 000 partisans des Blue Jays. Cette journée a de toute évidence été différente de celles qu’elle passe habituellement sur le terrain avec son autre famille : les jeunes membres de la Réserve de l’Armée. Cette année, cette SMR novatrice a eu la chance de pouvoir savourer le moment, mais cette fois sur un terrain très différent.

Le mari de l’Adjuc Fisher est lui aussi militaire et parent. L’adjudant Graeme Fisher, du The Argyll and Sutherland Highlanders of Canada (Princess Louise’s), participe à l’éducation de leurs deux enfants tout en menant une carrière militaire et une carrière civile. Leur fille Heather est âgée de 14 ans et leur fils Sean a 11 ans. La famille demeure à Caledonia, en Ontario, et visite fréquemment les centres sportifs locaux.

Cette année, le jour de la fête des Mères, ils étaient tous ensemble alors que les Blue Jays de Toronto ont rendu hommage à l’Adjuc Fisher. Toute la famille était enthousiaste à l’idée de cette occasion de montrer le dévouement de leur mère. Après tout, ils ont tous appris quelque chose de l’engagement de leurs parents.

« Mes enfants sont très indépendants et très débrouillards », explique-t-elle. « Ils ont pu voir chacun de leurs parents faire preuve de leadership et d’indépendance. Nos enfants sont témoins de notre dévouement et de notre engagement; ils comprennent l’importance du travail d’équipe et ce que signifie prendre de tels engagements. »

L’Adjuc Fisher s’est enrôlée en 1991 dans la Réserve de l’Armée à Toronto, à titre de préposée aux transmissions, alors que la plupart des militaires qu’elle dirige aujourd’hui n’étaient même pas nés. À ce moment, être mère n’était encore pour elle qu’une idée vague.

« Je me suis enrôlée dans la Réserve de l’Armée à l’âge de 17 ans, dans le cadre d’un camp d’été. Je pensais que ce serait une expérience stimulante. Je ne possédais aucune expérience préalable, mais mon grand-père avait été une estafette à l’étranger durant la Deuxième Guerre mondiale, et de nombreux autres membres de la famille y avaient participé aussi. »

Même elle n’aurait pu imaginer de quelle façon les choses allaient se dérouler par la suite. Elle s’est hissée du grade le plus bas de soldat à l’un des plus élevés des sous-officiers et, au cours d’une période de plus d’un quart de siècle de service, elle a obtenu un diplôme universitaire, est devenue mère et un leader exceptionnel pour d’innombrables jeunes militaires.

Même si l’Adjuc Fisher a fait tomber les barrières à répétition au cours de sa carrière militaire, elle affirme qu’elle ne pourrait avoir accompli tout cela seule. Être mère et leader militaire n’a pas toujours été facile. « Je suis reconnaissante envers mes enfants pour leur patience et leur compréhension pour le temps que j’ai passé loin d’eux. Ils comprennent mon engagement et l’amour que j’ai de mon travail. »

Elle pense que ce profond engagement les a aidés aussi. « Je crois que mon expérience militaire a fait d’eux les enfants aimables, compatissants, résilients et compréhensifs qu’ils sont aujourd’hui et je ne peux qu’espérer qu’ils utiliseront ces forces en grandissant. »

La force est assurément un trait familial. L’Adjuc Fisher a fait partie du Corps de l’Artillerie royale canadienne avant de retourner au Régiment des transmissions de Toronto, où ses qualités de leader lui ont valu des postes rarement occupés à cette époque.

Elle a été commandant de détachement, sergent de troupe, adjudant de troupe et éventuellement sergent-major d’escadron. Elle a participé à l’opération RECUPERATION après des tempêtes de verglas violentes et historiques dans l’Est de l’Ontario en 1998. Elle a servi durant l’opération ABACUS, en prévision du « Bogue de l’an 2000 », et a donné de l’instruction à de jeunes militaires dans le cadre d’un projet novateur sur les transmissions à l’École d’électronique et des communications des Forces canadiennes (EECFC), à Kingston.

Elle a reçu de nombreuses récompenses et mentions élogieuses, travaillant d’innombrables fins de semaine et de longues périodes lors d’exercices tenus partout au Canada. Par exemple, elle s’est rendue dans le nord dans le cadre de l’EXNOR, en Arctique, et a participé à l’opération LENTUS en mai 2017, encore une fois en soutien à la population canadienne, cette fois dans le cadre des efforts d’aide aux victimes des inondations.

Elle a obtenu un diplôme de baccalauréat en arts appliqués en journalisme de l’Université Ryerson, à Toronto, en plus d’un certificat en éducation aux adultes du Collège Mohawk d’arts appliqués de Hamilton. Elle travaille pour la ville d’Hamilton à titre de coordinatrice de la formation et du perfectionnement pour le département des collectivités sûres et en santé.

Depuis 1908, la fête des Mères est l’occasion de célébrer la figure maternelle de la famille, ainsi que la maternité, les liens maternels et l’influence des mères sur notre société. Dans plusieurs pays on réserve une journée pour célébrer les mères. Au Canada, cette journée est le deuxième dimanche de mai.

Pour commenter cet article, rendez-vous dans la section Articles de la page Facebook de l’Armée canadienne

 

Date de modification :